Mettre fin aux crimes génocidaires du PCC : les prélèvements forcés d'organes sur les prisonniers de conscience vivants


Le Parti communiste chinois (PCC) utilise une méthode inhumaine qui consiste à prélever des organes sur les personnes vivantes, dans sa persécution brutale des pratiquants de Falun Gong et d'autres groupes de personnes. Cette atrocité dure depuis plus de deux décennies en Chine continentale. Les faits démontrent que le PCC est le plus grand démon jamais vu dans l'histoire de l'humanité. Cette organisation criminelle est la plus perverse au monde. Ce qui est plus terrifiant, c'est que le PCC utilise la coercition, la corruption, la séduction, le lavage de cerveau, la tromperie et d'autres moyens pour forcer la communauté internationale à garder le silence sur ses crimes. Ce faisant, il sape effectivement l’humanité de son âme, détruit sa base morale et le conduit à la destruction. Travaillons ensemble pour exposer les crimes contre l'humanité du PCC et mettre fin aux atrocités du prélèvement forcé d'organes. Nous devons amener tous les criminels en justice. Rétablissons et maintenons la justice dans notre société !

Nos recherches

L'Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) a été fondée le 20 janvier 2003.

Notre mission est d'enquêter sur la conduite criminelle de toutes les institutions, organisations et individus impliqués dans la persécution du Falun Gong. De mener ces enquêtes, quel que soit le temps qu'elles prennent, quelle que soit leurs étendues et la profondeur des recherches nécessaires jusqu'à leur clôture complète ; d'exercer les principes fondamentaux de l'humanité ; et de rétablir et faire respecter la justice dans le monde.

Le 9 mars 2006, le deuxième jour après que des allégations aient été rapportées dans les médias selon lesquelles le régime communiste chinois avait prélevé des organes sur des pratiquants de Falun Gong encore vivants, la WOIPFG a lancé une enquête systématique ciblant la Chine continentale. Dans le cadre de nos efforts continus depuis plus d'une douzaine d'années, nous avons mené des dizaines de milliers d'enquêtes téléphoniques ciblant 891 hôpitaux de transplantation d'organes, effectué plusieurs séries de recherches, et étudié et analysé des centaines de milliers de reportages médiatiques, articles médicaux, pages internet d'hôpitaux mises en cache et bases de données de plus de 9 519 médecins spécialistes de la transplantation partout en Chine.

Les enquêtes de la WOIPFG ont atteint même les plus hauts dirigeants chinois, dont cinq membres du Comité permanent du Politburo du Parti communiste chinois, un vice-président de la Commission militaire centrale, un membre du Comité du bureau central du Politburo, un Ministre de la défense et un ancien chef de division de la santé du Département général de la logistique de l'Armée populaire de libération. Les preuves directes du prélèvement d'organes à vif sur des prisonniers de conscience par le PCC que nous avons découvertes comprennent des enregistrements d'enquêtes téléphoniques avec 45 présidents d'hôpitaux, directeurs de département ou médecins dans 41 hôpitaux de transplantation d'organes en Chine.


8,558 personnes ont signé

Formulaire de pétition

Votre signature peut contribuer à mettre fin aux prélèvements d'organes à vif par le PCC en Chine ! Nous ferons en sorte que votre voix soit entendue.

Pays

En signant cette pétition, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Les résultats de nos enquêtes

Un crime perpétré par l'État

Le prélèvement d'organes sur les personnes vivantes est un crime perpétré par l'État chinois sous l’ordre de l'ancien chef du PCC Jiang Zemin.
  • Preuve 1 : Quatre personnes ont admis que Jiang Zemin avait directement donné l'ordre d'extraire les organes de pratiquants de Falun Gong pour des opérations de transplantation.
  • Preuve 2 : Les hauts fonctionnaires du PCC sont tous au courant du crime de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants.
  • Preuve 3 : La Commission centrale des affaires politiques et juridiques (PLAC) du PCC et le système 610 sont directement impliqués dans le prélèvement d'organes à vif.
  • Preuve 4 : L'armée, la police, les systèmes judiciaire et juridique et les hôpitaux à travers la Chine sont tous systématiquement impliqués dans le prélèvement d'organes à vif.
Afficher tout

Croissance explosive de l'industrie de la transplantation d'organes chinoise après 1999

L'année 2000 a marqué un tournant dans l'industrie chinoise de la transplantation d'organes. Les hôpitaux de toute la Chine, grands et petits, se sont précipités pour fournir les installations et les équipes chirurgicales qui culmineraient dans la croissance explosive de l'industrie de transplantation observée les années suivantes.
  • Après que le PCC ait lancé la persécution du Falun Gong en 1999, le nombre annuel moyen des greffes du foie officiellement rapporté s’est multiplié par 180 entre 1999 et 2006. En 2006, l’augmentation annuelle était de 387 fois et, en 2007, de 436 fois.
  • Un grand nombre de centres de transplantation d'organes et d'appariement des tissus ont été rapidement créés.
  • Le surplus d'organes de la Chine a déclenché un boom international du tourisme de transplantation d'organes.
Afficher tout

L'existence d'une réserve de donneurs d'organes vivants et non volontaires

De nombreux éléments prouvent l'existence d'un énorme bassin de donneurs d'organes vivants non-volontaires en Chine.
  • Preuve I : Un processus d’appariement inversé en Chine, avec des organes immédiatement disponibles pour les patients et un temps d'attente moyennant une à deux semaines. Le temps d'attente le plus court pour une greffe du foie était de quatre heures après l'admission à l'hôpital.
  • Preuve II : Les chirurgies de transplantations hépatiques d'urgence occupent un taux aussi élevé que 26,6 %.
  • Preuve III : Plusieurs organes de rechange disponibles pour un receveur de greffe.
  • Preuve IV : De nombreux hôpitaux effectuent plusieurs opérations de transplantation en même temps. Dans un hôpital, 24 greffes de foie et de rein ont été réalisées en une journée.
Afficher tout

Les énormes volumes de transplantations d'organes en Chine

Des preuves exhaustives prouvent que le prélèvement d'organes par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong vivants est un crime commis à l'échelle nationale - en quantité effroyablement importante.
  • Les rapports des médias chinois valident l'échelle massive des greffes d'organes effectuées.
  • Des spécialistes faisant autorité en transplantation d'organes du PCC confirment que le nombre réel de transplantations dépasse de loin les chiffres publiés officiellement.
  • Le nombre estimé de greffes d'organes à partir des données hospitalières est énorme.
  • Une enquête téléphonique avec Zhang Gaoli, membre du Comité permanent du Politburo, a en outre confirmé le crime de prélèvement d'organes à vif par le PCC.
Afficher tout

Nos activités

La WOIPFG a témoigné lors de l'audience du sous-comité conjoint américain «Prélèvement d'organes: l’examen d'une pratique brutale» le 23 juin 2016

Berlin : Un forum sur les prélèvements d'organes en Chine s'est tenu avant le dialogue Chine-Allemagne sur les droits de l'homme, le 28 octobre 2016

La WOIPFG a présenté des preuves du prélèvement d'organes à vif par le PCC devant le ‘China Tribunal’ à Londres, au Royaume-Uni, le 8 décembre 2018

Slovaquie : Les députés du Conseil national ont rencontré un enquêteur sur les prélèvements forcés d’organes en Chine le 20 septembre 2019

Livres et documentaires

« Preuves sans failles et irréfutables » Volume I

Rapports d'enquête de la WOIPFG sur le prélèvement massif d'organes à vif commis contre des pratiquants de Falun Gong par le Parti communiste chinois (période 2006-2015)

« Preuves sans failles et irréfutables » Volume II

Rapports d'enquête de la WOIPFG sur le prélèvement massif d'organes à vif commis contre des pratiquants de Falun Gong par le Parti communiste chinois (période 2015-2020)

Série de séminaires sur les « Preuves sans failles et irréfutables »

Cette série documentaire expose systématiquement les crimes génocidaires du prélèvement d'organes à vif sur les pratiquants de Falun Gong par le PCC en Chine.

« Prélevés vivants - Dix ans d'enquête »

Ce documentaire examine le mal sans précédent des prélèvements d'organes à vif par l'intermédiaire de médecins et d'enquêteurs.

Législation et Résolutions

Israël

L’Israël a adopté la loi sur la transplantation d'organes en 2008.

Espagne

Un amendement au Code pénal pour pénaliser le trafic d'organes en 2010

Italie

Le Sénat italien a approuvé en 2015 un projet de loi visant à censurer les prélèvements d'organes en Chine.

Taïwan

Le Taïwan a adopté la loi sur la transplantation d'organes humains en 2015.

États-Unis

Le 13 juin 2016, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté la résolution H.Res.343 condamnant les prélèvements d'organes en Chine.

Parlement européen

Le Parlement européen a adopté une résolution condamnant les prélèvements d'organes en Chine le 12 décembre 2013.

Rapports et citations des médias

Afficher plus